Quelles répercussions du Brexit sur le tourisme en France ?

On s’en doutait mais les chiffres le confirment : les anglais ne viennent plus en nombre pour leurs vacances en France.

Alors, la faute au Brexit ?

Tout d’abord un petit rappel : qu’est-ce que le Brexit ?

Comme son nom semble l’indiquer, c’est une contraction entre British et Exit, soit la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne.

Pour rappel, la sortie de l’UE a été entériné après le référendum voulu par David Cameron, 1er ministre de l’époque avec près de 52% de oui à la sortie en juin 2016.

Où en est le tourisme des anglais en France ?

Les chiffres sont tombés : -1,5% de visiteurs anglais en France cette dernière saison. C’est peu me direz-vous, en effet. Sauf que c’est la seule nationalité dont le passage en France est en baisse.

Le problème principal est que la population anglaise se concentre seulement dans quelques coins de l’Hexagone, tels que la Normandie, la Bretagne ou encore la région du sud-ouest, fief historique du tourisme anglais en France.

La baisse de fréquentation, même si elle était latente avant le Brexit, s’est tout d’abord faite sentir chez Brittany Ferries. Puis chez les hôteliers qui ont ressenti une baisse du pouvoir d’achat avec à la clé une baisse de fréquentation des hôtels et restaurant. La dépréciation de la Livre sur la dernière année explique cela.

La peur s’installe chez les professionnels du tourisme pour qui cette clientèle historique mettrait en péril leur gagne-pain si elle venait à trop se réduire. En effet, les anglais avaient pour habitude de venir pendant les vacances scolaires avec les enfants, mais aussi en période creuse.

Mais attention de ne pas se reposer sur cette explication du Brexit. Il faut redoubler de vigilance pour s’adapter aux changements fréquents du mode de vie des touristes. Le virage qu’il y a eu dans les années 2000 avec le passage des séjours longs aux séjours de courte durée a fonctionné, aux professionnels de maintenant renouveler leurs offres pour satisfaire une clientèle historique plombée en partie par les conséquences du Brexit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *